👊 A la recherche d’inspiration pour dynamiser vos ateliers, séminaires et évènements ? Découvrez notre Catalogue des nouveaux ateliers d’intelligence collective 

Secrets pour atteindre le sommet des 32 000 participants et 500 000 contributions à une consultation mondiale des jeunesses

C’est le retour des beaux jours, ça nous donne envie de relever des défis et gravir des sommets. Ça tombe bien, depuis près d’un an, bluenove accompagne la Fondation Higher Education for Good dans une formidable ascension : consulter le maximum de jeunes entre 15 et 29 ans dans le monde entier afin de créer un observatoire mondial des jeunesses permettant d’appréhender leurs aspirations pour le futur.

Le challenge est de taille (et toujours en cours : la consultation est ouverte jusqu’au mois de mai !), mais certaines réussites peuvent d’ores et déjà être soulignées. Alors qu’on dénonce la distance croissante entre les jeunes et les dispositifs citoyens, elle a déjà réussi à mobiliser plus de 30 000 jeunes dont 1 000 ambassadeurs un peu partout dans le monde. On vous raconte tout !

 

Le repérage avant l’exploration de nouveaux territoires : pourquoi consulter les jeunes du monde entier ?

 

La fondation Higher Education for Good nous embarque dans une superbe expédition. Elle part du constat que les modèles éducatifs actuels ne sont plus adaptés aux défis à venir. Afin de remédier à cela, elle a lancé la plus grande consultation mondiale des jeunesses Youth Talks afin de donner la parole aux jeunes.

L’objectif de cette consultation est de collecter, analyser, synthétiser, mettre en lumière cette parole afin de partir de ce que pense la jeunesse en 2023 pour :

Repenser nos modèles éducatifs,

Nourrir la recherche scientifique,

Accélérer les décisions politiques.

Le tout afin de mieux se préparer à affronter les défis qui nous attendent, construire une vision inédite des opinions des jeunesses et créer un bien-être collectif commun grâce au concept d’Education for good.

Les équipes de bluenove sont alors sollicitées pour :

 Proposer un dispositif de consultation adéquat pour favoriser la participation : mettre en place une plateforme digitale pour informer, consulter, restituer, mais aussi réfléchir aux modalités de récolte de la parole des jeunes ;

 Identifier les actions de mobilisation permettant de toucher un maximum de jeunes à travers le monde.

 

Le choix du matériel avant le départ : poser les bonnes questions

 

Convaincre des dizaines de milliers de jeunes de participer à une consultation, ça n’est pas une mince affaire. Alors avant de se demander comment les consulter, on s’est interrogés sur ce qu’on allait leur demander.

Pour ce faire, nous avons travaillé en étroite collaboration avec les membres du comité scientifique de la Fondation, avec lesquels on a imaginé un protocole de questionnement qui change un peu de l’ordinaire. Si vous avez l’habitude des consultations bluenove, vous devez savoir que notre dada, ce sont les questions ouvertes. Alors on est partis de cette base et on a essayé de grimper encore un peu plus :

  Des questions universelles, qui parlent à tous, sans biais culturel

  Des formulations très simples, un ton léger pour que le participant se sente concerné

  Un nombre limité de questions et un parcours qui « raconte une histoire »

–   Des questions fortes, qui interpellent car on n’a pas l’habitude de se les poser et qu’elles peuvent participer d’une certaine manière au développement personnel

Pour prendre connaissance de ces questions (et pourquoi pas y répondre), ça se passe ici.

Côté analyse, nous faisons appel à notre algorithme d’analyse du langage que l’on vous présentait dans cet article.

 

Marine Hadengue, directrice exécutive de la Fondation Higher Education for Good et de la consultation Youth Talks témoigne : 

“Le recours aux questions ouvertes et à l’analyse sémantique basée sur le traitement automatique du langage (NLP) est un réel élément différenciant qui fait de cette consultation jeunesse une initiative inédite.”

 

 

Les 100 premiers mètres d’ascension : imaginer un dispositif de participation diversifié

 

Une fois les questions définies est venu le temps de se pencher sur le comment. Quelles modalités de participation proposer pour que les jeunes de 15 à 29 ans aient envie de contribuer ?

Chez bluenove, on aime bien les dispositifs hybrides. Alors comme sur d’autres démarches (États généraux de la Justice, Francophonie de l’avenir…) on a imaginé deux possibilités pour les participants :

 Contribuer individuellement : en répondant à la consultation en ligne

 Contribuer collectivement : en participant à une activité, animée en ligne ou en présentiel par des ambassadeurs Youth Talks. Ces activités, sous forme de stand, de micro-trottoir ou d’ateliers ont pour objectif de promouvoir la démarche, d’informer sur son déroulé et de proposer des modalités de contribution plus collaboratives.

Nota bene : Si vous vous demandez comment faire pour recruter et animer une communauté de plusieurs centaines d’ambassadeurs dans le monde entier, restez connectés, on vous en dira bientôt davantage !

 

La nuit en refuge : tout miser sur l’accessibilité et l’inclusion

 

Il était essentiel pour nous de proposer une démarche qui soit la plus inclusive et accessible possible afin de s’assurer que tout un chacun puisse participer sans difficulté. On a alors travaillé sur différents aspects :

Penser aux diversités linguistiques : le questionnaire et le contenu du site de la démarche sont proposés en 6 langues (anglais, français, espagnol, portugais, mandarin et arabe). Comme de plus en plus de navigateurs proposent une traduction automatique, nous avons également pensé un protocole de traitement des réponses permettant la traduction de toutes les contributions (y compris celles dans des langues autres que celles précitées) vers une langue pivot (l’anglais) avant de les analyser.

Penser aux participants qui ne sont pas à l’aise à l’écrit : on ne l’a même pas encore mentionné, mais Youth Talks est la démarche qui a inauguré la toute nouvelle version du module consultation de notre outil Assembl. Plus ergonomique, plus esthétique, cette nouvelle version propose également une évolution de taille, celle de donner la possibilité aux participants de contribuer en enregistrant des messages vocaux ou en envoyant des fichiers images.

Penser aux participants éloignés du numérique : si les activités permettent de contribuer collectivement, elles sont aussi l’occasion de proposer aux participants un mode de contribution ne nécessitant pas l’accès à un outil numérique.  

 Penser les diversités culturelles, sociales, de genre… : Cela passe par la formulation des questions, qu’on a voulu la plus universelle possible, le choix des visuels de la plateforme ainsi que le réseau de partenaires mis en place par la Fondation, qui permet de toucher les jeunes sur tous les continents en misant sur la diversité socioéconomique.

 

L’arrivée au sommet : Le rôle essentiel du réseau de partenaire et de la stratégie de communication 

 

Pour terminer, deux aspects ont été décisifs pour atteindre un grand nombre de jeunes dans 200 pays et territoires différents : le relai de la démarche par les partenaires et la mise en oeuvre de la stratégie de communication.

Tout d’abord, la Fondation Higher Education for Good a construit un puissant réseau d’une cinquantaine de partenaires internationaux (établissement d’enseignement supérieur, organisations internationales, médias…). Ces derniers ont joué un rôle essentiel dans la promotion de la consultation auprès de leur écosystème et permis la mobilisation d’un grand nombre de jeunes pour répondre à la consultation et s’inscrire en tant qu’ambassadeurs. 

Côté communication, la consultation Youth Talks en étant à sa première édition, il était nécessaire de créer une “plateforme de marque” pour la faire connaître. Ainsi, tout un travail pour définir son nom, son identité visuelle et les mots pour la présenter a été mené et se retrouve sur le site de la consultation et ses réseaux sociaux.

En parlant de réseaux sociaux, ces derniers ont également joué un rôle primordial pour atteindre les jeunes du monde entier. Tik Tok, Instagram, Facebook, LinkedIn… A chaque cible son réseau social et son contenu. Le partenariat avec des médias tels que Brut et des influenceurs tels que Hugo Decrypte ont de plus permis d’accroître la visibilité et la notoriété de la démarche. 

Au prochain épisode, on vous parlera du réseau d’ambassadeurs pour vous raconter comment a été constituée cette communauté de centaines de jeunes à travers le monde et comment elle est animée au quotidien.

En attendant, si vous avez entre 15 et 29 ans ou si vous avez des jeunes dans cette tranche d’âge autour de vous, rendez-vous sur Youth-Talks.org !